Quand le Féminin sort de l’ombre, Jung, Electre et Perséphone

Publié en automne 2016
par Borie Gisèle

Il revient à Jung d’avoir mis en lumière le complexe d’Électre pour la petite fille, répondant ainsi à Freud et au complexe d’Œdipe. Mais rapidement, sa réflexion sur le développement féminin prend pour lui une autre voie. Avec la figure de Perséphone, il suggère une évolution du mitan de la vie qui invite à découvrir l’Ombre, source souterraine de renouvellement de l’être féminin.
Mais comment ces mythes peuvent-ils être féconds sur ce sujet de nos jours ? Et comment les pistes concernant le féminin, ouvertes par Jung, trouvent-elles écho aujourd’hui dans la psychanalyse ?

Acheter cet article


Borie Gisèle

Gisèle Borie est vice-présidente du Groupe C. G. Jung, ingénieur d’études au CNRS, en Sorbonne, dans une unité de recherche consacrée à l’histoire contemporaine et aux relations internationales (Irice), secrétaire d’édition et de rédaction de plusieurs revues d’histoire contemporaine : Monde(s). Histoire, espaces, relations (une revue d’histoire globale), et le Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin (publication faite par les étudiants de master et doctorants en histoire). Elle est également administrateur de plusieurs sites internet dont ceux du Groupe C. G. Jung et du Gerpa. Enfin elle est co-auteur de plusieurs ouvrages sur l’astrologie en lien avec la mythologie, parus dans les années 1990.

Autres articles du même auteur :