Les Archétypes sont-ils indispensables ?

Publié en automne 2019
par Colman Warren

Cet article distingue le discours théorique de Jung sur les archétypes de son compte-rendu phénoménologique de l’expérience numineuse. Pour l’auteur, l’attrait initial de « mon Jung » provenait à la fois du romantisme vivant de ses descriptions de l’anima et de son apparente « raison d’être » présentée par sa théorie des archétypes. Cependant, l’essentialisme inhérent à la théorie archétypale en général, et à l’anima en particulier, a nécessité une réévaluation de la théorie de Jung en termes de théorie de l’émergence. Je souligne, pour ma part, le rôle des symboles dans la constitution de l’affect grâce à l’action humaine collective dans le monde. Dans cette reconfiguration, l’énergie viscérale de l’expérience numineuse est conservée alors que la problématique théorie des archétypes n’est plus nécessaire.

Colman Warren

Warren Colman est enseignant et analyste superviseur à la Société de psychologie analytique (SAP) à Londres, et consultant rédacteur en chef du Journal de psychologie analytique (JAP). Il enseigne, donne des conférences et supervise au niveau international ; il a publié de nombreux articles sur divers sujets, y compris les interactions dans le couple, la sexualité, le Soi, l’imagination symbolique, la synchronicité et le processus thérapeutique.
Son dernier ouvrage Acte et Image - L’émergence de l’imagination symbolique a été publié par Spring Books en juillet 2016.

Autres articles du même auteur :